12 MAI 2017

Le fil d'actualité

Quand une dent permet de recouvrer la vue.

Le Figaro Santé vient de dédier un article complet sur une technique ophtalmologique exceptionnelle mais toujours pratiquée, mise au point dans les années 1960 par Benedetto Strampelli, un chirurgien italien. Le Professeur Louis Hoffart, responsable du service ophtalmologie de l'hôpital de la Timone à Marseille développe : « Nous implantons dans l'œil un fragment de dent qui sert de support à une lentille en Plexiglas. Une telle opération, extrêmement rare, se fait chez des patients atteints de cécité dans les deux yeux, qui ont souvent suivi un long parcours avant d'arriver jusqu'à nous ».


« Pour ces patients qui avaient totalement perdu la vue – et parfois tout espoir de voir à nouveau –, ces quelques dixièmes permettent de retrouver une précieuse autonomie. Parfois, le résultat est vraiment étonnant. Ainsi, une de mes patientes a retrouvé un emploi au ministère des Finances, elle fait du ski et du vélo ! »
, explique le Pr Louis Hoffart.


Ce protocole chirurgical étonnant et rarissime, l'ostéo-odonto-kérato-prothèse, consiste à se servir de tissu dentaire d'une canine comme d'un support à une prothèse en plexiglas. Ce couple cornée-cristallin permet à la lumière d'atteindre la rétine et donc, de rendre la vue, même si l'acuité visuelle reste souvent très faible, de quelques dixièmes.


En France seuls 10 patients par an sont concernés, et sont tous opérés sous l'œil avisé de l'équipe de chirurgie ophtalmique du Pr Hoffart, et coordonnée avec l'équipe de chirurgie maxillo-faciale dirigée par le Pr Laurent Guyot. Le recours à cette pratique apparait comme une technique de « dernière chance », lorsqu'aucun traitement n'a pu fonctionner, y compris la greffe de cornée, pour ces patients qui ont perdu la vue des deux yeux à la suite de maladies auto-immunes, de traumatismes ou d'accidents chimiques.


Une fois la dent extraite du patient, celle-ci sera placée « pendant 6 mois dans la pommette » afin de « permettre de vasculariser la prothèse. Des tissus se créent autour, qui vont rendre possible l'implantation », développe le Pr Guyot.


Source : Le Figaro Santé, mars 2017, www.sciencesetavenir.fr

C. Photos : Freepik
Rédaction : Dentaire Service

 

Acualite-les-dents-pour-voir-dentaire-service.png

09 MAI 2017

Le fil d'actualité

Il y a 13 000 ans les chasseurs-cueilleurs allaient déjà chez le dentiste !

Il y a 13 000 ans, un homme a dû connaître une bonne « rage de dents ». Des archéologues italiens ont retrouvé retrouvées sur le site de Riparo Fredian, dans le nord de l'Italie, deux incisives supérieures creusées artificiellement appartenant à une même personne. Datées de 13 000 ans, chaque dent possède une cavité importante qui s'étend jusque dans la chambre pulpaire située profondément dans la dent. Examinées au microscope, ces deux révèlent, une série de petites marques horizontales.

Les scientifiques suggèrent que ce sont des cavités forées et élargies, probablement par un petit outil de pierre. Les archéologues ont découvert dans les cavités des traces d'amalgame dentaire constituées de bitume, de fibres végétales et de cheveux retrouvés qui étaient placés au fur à mesure que le trou était foré. Le dentiste du paléolithique aurait rempli les trous pour calmer la douleur et pour garder les aliments hors de la chambre pulpaire. L'utilisation de bitume ainsi que certaines plantes médicinales étaient utilisées comme antiseptique, tout comme la cire d'abeille a été utilisée dans d'autres exemples de la dentisterie préhistorique, des milliers d'années plus tard.

Des marques semblables, datant de 14 000 ans, ont été découvertes tendent à prouver des compétences en soin dentaires dès l'âge de pierre.


Source : http://www.lepoint.fr.

C. Photos : Le Point - Stefano Benazzi.
Rédaction : Dentaire Service.

 

02 MAI 2017

Le fil d'actualité

American Gothic est une œuvre de l'américain Grant WOOD, peinte en 1930. Elle représente un homme tenant une fourche, symbole de l'Amérique profonde, et une femme, devant une maison de style gothique. Le regard grave et sévère, les deux personnages et le décor montrent la réalité rurale américaine.

Natif de l'Iowa, Grant WOOD a été enchanté par cette maison qu'il avait vu dans la petite ville du sud de l'Iowa, Eldon. Il demandera à son dentiste le Docteur McKeeby et à sa sœur, Nan de poser pour se faire passer pour un fermier et sa fille célibataire. L'Institut d'Art de Chicago héberge actuellement cette peinture.

American Gothic est certainement l'un des tableaux américains les plus connus. L'œuvre de Grant WOOD a atteint un rayonnement et partie de la culture américaine, et ce qu'elles qu'en soient les interprétations données.

 

Grant Wood, American Gothic, Museum of art, archives

C.Photos : Grant Wood, American Gothic, Museum of art, archives.

 

26 AVRIL 2017

Le fil d'actualité

Les étudiants en odontologie manifestent dans les rues de la ville rose.

Le mouvement de protestation, débuté en janvier, ne s'essouffle pas. Les étudiants et chirurgiens-dentistes l'ont fait savoir ce samedi 22 avril en organisant une opération escargot dans les rues Toulousaine, une grande partie de la matinée entre le Monument aux Morts et la Place Arnaud Bernard. Cet appel à la mobilisation a été lancée à l'initiative du Comité de Coordination des Étudiants et Chirurgiens-Dentistes Libéraux d'Occitanie (CCDELI31)

La raison de la colère, un arrêté ministériel qui entérine le règlement arbitral pris après l'échec des négociations entre les organisations syndicales de chirurgiens-dentistes (Fédération des syndicats dentaires libéraux - FSDL, la Confédération nationale des syndicats dentaires – CNSD et l'Union dentaire) et l'Assurance Maladie. Cette décision unilatérale a pour conséquence le plafonnement de certains actes prothétiques et la revalorisation d'un certain nombre d'actes de base (détartrage, caries...).

Pour les chirurgiens-dentistes, ce règlement pourrait déstabiliser 30 000 emplois directs et indirects (chirurgiens-dentistes, assistantes dentaires, prothésistes...) et ainsi entraîner une dégradation de la qualité des soins.

Sources : www.france3-regions.francetvinfo.fr, www.ladepeche.fr.
C. Photos : Dentaire Service

Rédaction : Dentaire Service.


 

Actualite_greve-dentistes_Dentaire_Service.JPG

24 AVRIL 2017

Le fil d'actualité

Le succès du Musée virtuel de l'art dentaire

1 541 835 de visiteurs. Avec un taux de fréquentation 5 fois plus important en 2015 qu'en 2014, le Musée virtuel de l'art dentaire connaît un véritable succès. Un taux de fréquentation élevé puisque le musée, créé sous l'impulsion de son actuel président, Guy ROBERT, n'existe que depuis 2013.

Le musée virtuel de l'art dentaire présente pour chaque instrument ou catégorie d'instruments, leur évolution depuis leur création grâce à des gravures et commentaires tirés d'ouvrages anciens de chirurgie et de dentisterie. Les recherches s'étalent de 1450 à 1950 environ.

L'exposition virtuelle qui suit propose des photographies des instruments, classés par type et par date de fabrication et sont issues de la collection de l'ancien musée Pierre-Fauchard, aujourd'hui propriété du musée de l'AP-HP, de l'Association de sauvegarde du patrimoine de l'art dentaire (Aspad), du musée dentaire de Lyon, de divers musées médicaux et de collections privées ou universitaires (Madrid et Turin).

Les instruments présentés sont les suivants ouvre-bouches, abaisse-langues, élévateurs, pélicans et tiretoires, daviers, clés anglaises dites de Garengeot, tenailles, pinces, daviers séparateurs de racines, Daviers à vis, vis à racines, tirefonds.

À venir prochainement, les instruments à détartrer et les instruments rotatifs.

Musée de l'art dentaire, dentiers du XVIII siècle - Dentaire Service

Musée de l'art dentaire, pinces - Dentaire Service

Musée de l'art dentaire, outils à extraire les dents - Dentaire Service

Source : ONCD, 01/12/2016.

C.Photos : Audrey HAVART, musée d'histoire de la médecine, Paris 6ème.