18 AVRIL 2017

Le chiffre du mois

Nouveau record de fréquentation à l'IDS à Cologne !

Plus de 155 000 personnes se sont rendus au congrès de l'IDS pour cette édition 2017.

Selon les derniers chiffres publiés par l'organisateur Koelnmesse, plus de 155 000 personnes de près de 157 pays se sont rendus cette année à l'International Dental Show (IDS). Une année de tous les records. Les organisateurs de l'IDS ont noté une augmentation significative du nombre de visiteurs venus de tous les continents : Amériques (+52,9%), Europe de l'Est (+43,0%), Moyen-Orient (+31,9%), Afrique (+31,7%) et Asie (+28,0%). Le nombre de participants d'Amérique du Nord (+15,7%) et du reste de l'Europe (+12,6%) a également augmenté de manière significative.

Dans un sondage réalisé auprès des visiteurs, environ les trois quarts des personnes interrogées ont déclaré être très satisfaits ou satisfaits de l'IDS 2017 et de la réalisation de leurs objectifs fixés pour l'exposition. 90% des sondés recommanderaient l'IDS à leurs partenaires professionnels et 70% envisagent de revenir au congrès à Cologne en 2019.


Une année de tous les records.

2 305 entreprises de 59 pays (contre 2 182 entreprises de 56 pays en 2015) ont présenté leurs produits et innovations sur une superficie totale de 163 000 m² d'exposition (contre 158 200 m² en 2015). 624 exposants et 20 sociétés représentaient l'industrie allemande (636 et 19 respectivement, en 2015), et 1 617 exposants et 44 sociétés représentaient des sociétés étrangères (1 480 et 44 respectivement en 2015). Concernant les visiteurs, environ 60% (contre 51% en 2015) des 155 000 visiteurs provenaient de 157 pays différents (138 500 visiteurs de 151 pays en 2015).

Le prochain congrès de l'IDS aura lieu du 12 au 16 mars 2019. Un nouveau record ?


Source : Dental Tribune, 31 mars 2017.
C. Photos : IDS
Rédaction : Dentaire Service

Actualite_dentaire_IDS-2017_Dentaire_Service.jpg

10 AVRIL 2017

Le fil d'actualité

Une application pour tablette pour faciliter l'hygiène dentaire des enfants autistes.

L'application çATED est un outil destiné à l'apprentissage et au suivi de la santé bucco-dentaire des enfants atteint de troubles autistiques, qui, de manière ludique et encourage leur autonomie.

Quand faut-il commencer à se brosser les dents ? Combien de fois par jour ? Comment ? Avec quels gestes ? Cela peut paraît simple, mais les choses se compliquent pour les enfants atteints de troubles autistiques et lorsque certains refusent qu'une brosse à dents entre dans leur bouche. Le manque, voire l'absence totale, de brossage quotidien peut conduire les chirurgiens-dentistes à pratiquer une anesthésie générale en cas de carie.

Une tablette tactile comme guide.

Partant donc du constat que les personnes autistes sont considérées comme des patients à risque carieux élevé, le projet çATED pour tes dents a vu le jour. Une tablette tactile guide l'enfant et encourage, son autonomie. « Parce que les enfants autistes ont besoin de structuration, des pictogrammes décomposent chaque étape du brossage mais également de toute action qui entre dans le cadre des soins bucco-dentaires, explique Serena LOPEZ-CAZAUX, chercheuse à l'université de Nantes, qui a mené ce projet. Par exemple lors de la visite chez le dentiste : Je m'assois. J'ouvre la bouche. Etc... »

Personnalisable.

Cet outil, personnalisable et adaptable, permet aux parents de choisir les pictogrammes les plus adéquats à leur enfant (brosse à dents électrique au lieu d'une brosse manuelle...).



Des ressources complémentaires.

Les résultats de cette recherche ont démontré que l'utilisation de l'application et des pictogrammes adaptés aux soins dentaires ont rendu 20% des enfants participants au projet autonomes sur le brossage. L'appli çATED peut être téléchargée et des documents complémentaires tels que le livret pédagogique, qui détaille chaque étape en image et permet d'évaluer les progrès réalisés, mais aussi des vidéos à destination des parents sont disponibles gratuitement en ligne.


Source : www.informations.handicap.fr, www.applications-autisme.com
C. Photos : çATED.
Rédaction : Dentaire Service.

 

Actualite_hygiene_buccodentaire_Dentaire_Service.png

04 AVRIL 2017

Le fil d'actualité

Près de 10 000 manifestants et l'équipe de Dentaire Service.

« Dentaire Service aux côtés des dentistes », pouvait-on lire sur les t-shirts qu'arborait notre équipe en soutient aux professionnels de l'art dentaire.

Actualite_greve-dentistes_paris_invalides_Dentaire_Service.JPG
Actualite_greve-chirurgiens-Benjamin-dentistes_Dentaire_Service.JPG
Actualite_greve-dentistes_equipe_Dentaire_Service.JPG
Actualite_greve-dentistes_Dentaire_Service.JPG
Actualite-dentaire-greve-dentistes-mars-2017_paris-Dentaire-Service.JPG
Actualite_greve-dentistes_t-shirt-Dentaire_Service.JPG
Actualite_greve-chirurgiens-dentistes_Dentaire_Service.JPG


Vendredi 3 mars, 13h30, Place Vauban à Paris.

Le monde dentaire a lancé un appel à la grève nationale ce vendredi 3 mars, pour dénoncer l'attitude du ministère de la Santé quant à la revalorisation des actes courants et aux tarifs des prothèses.

Les chirurgiens-dentistes et tous les acteurs de monde dentaire (assistantes dentaires, prothésistes, distributeurs) manifestent à Paris près du ministère de la Santé. Les trois syndicats dentaires (FSDL, CNSD et l'Union dentaire), avec l'appui des étudiants en chirurgie dentaire, appelaient ce vendredi à fermer les cabinets ou les laboratoires de prothèses. Les chirurgiens-dentistes entendent "empêcher la mise en place du règlement arbitral" attendu depuis l'échec, le 26 janvier, des négociations tarifaires entre les trois syndicats professionnels et l'Assurance maladie.

Pour eux ces efforts sur la revalorisation des actes courants sont insuffisants par rapport au retard pris en France ces trente dernières années. Quant aux prothèses, ils estiment que le plafonnement est une mesure trop rigide, contraignante, et que la solution passe par un meilleur remboursement.

"Ça fait 29 ans que le remboursement des prothèses n'a pas changé en France. Rien que pour rattraper l'inflation depuis, il faudrait l'augmenter aujourd'hui de 80%" - Pierre Schmidt, secrétaire général adjoint de l'Union dentaire.

Le président de chambre honoraire à la Cour des comptes, Bertrand Fragonard, désigné comme arbitre, est désormais chargé de remettre ses propositions le 7 mars, mais les syndicats prévoient des recours juridiques.

Actualite-dentaire-manifestation-chirurgiens-dentistes-paris-2017_Dentaire-Service.JPG
Actualite-dentaire-manifestation-dentistes-2017_Dentaire-Service.JPG
Actualite-dentaire-manifestation-chirurgiens-dentistes-2017_Dentaire-Service.JPG
Actualite-dentaire-manifestation-dentistes-mars-2017_Dentaire-Service.JPG
Actualite-dentaire-greve-dentistes-2017_Dentaire-Service.JPG
Actualite-dentaire-greve-chirurgiens-dentistes-2017_Dentaire-Service.JPG



Mardi 7 mars 2017.

Après l'échec des négociations conventionnelles entamées fin 2016 sur les tarifs des soins dentaires, l'État publie sa grille des nouveaux tarifs et l'imposer aux professionnels de santé.


Diminuer le renoncement aux soins.


Objectif ? « Etre reçus par la ministre en personne » et « empêcher la mise en place du règlement arbitral » attendu depuis l'échec, le 26 janvier, des négociations tarifaires entre les trois syndicats professionnels et l'assurance-maladie, explique Catherine Mojaïsky.

Pendant quatre mois, les négociateurs ont planché sur un avenant à la convention des 37 000 chirurgiens-dentistes libéraux censé revaloriser un certain nombre d'actes de base comme le détartrage ou le soin des caries, en contrepartie d'un plafonnement des actes liés aux prothèses (couronnes...), plus rémunérateurs pour les professionnels. Un moyen, selon le gouvernement, de diminuer le renoncement aux soins pour raisons financières.

Entre 5.000 dentistes avaient déjà manifesté à Paris fin janvier, selon des sources policières et syndicales.

Vidéo : les chirurgiens protestent contre le plafonnement des tarifs de soins.

Retranscription de la vidéo :

« Les dentistes ont manifesté hier, vendredi 3 mars, contre le plafonnement de leurs tarifs. Pour rentabiliser leurs équipements, les chirurgiens pratiquent des dépassements d'honoraires sur les implants, les prothèses. Des soins coûteux pour les patients. L'Assurance maladie aimerait plafonner ces actes et ne plus les rembourser au-delà d'une certaine somme.

Une mauvaise solution pour les patients selon les chirurgiens-dentistes.

Pour le Docteur Guillaume Savard, ce n'est pas une bonne solution, car ce sont les patients qui en feront les frais. "Tout ce qui va être moderne, tout ce qui va être une avancée, tout ce qui va être conservateur pour les dents, les patients vont devoir le payer intégralement puisque l'Assurance maladie obligatoire et les régimes complémentaires ont décidé de ne pas suivre là-dessus", assure le dentiste. Vendredi 3 mars, les chirurgiens-dentistes ont manifesté afin de peser sur les négociations. Un médiateur a été nommé pour rendre un arbitrage la semaine prochaine. »

Vidéo : santé, bras de fer sur les prix des soins dentaires.

Retranscription de la vidéo :

« Détartrage, extraction de dent, ou carie, le gouvernement propose de revaloriser ces actes de base. En contrepartie, les soins des dentistes de prothèse comme les couronnes ou les bridges seront plafonnés. Mais, pour ce chirurgien-dentiste, le compte n'y est pas. "On a accepté de faire des soins à perte et de le compenser sur autre chose. Ce qui est complètement illogique. Une extraction dentaire à 30 euros, avec les frais de stérilisation, le matériel actuel, ça ne rentre pas dans les clous, et donc les prothèses permettent en partie de compenser ça", estime le docteur Guillaume Brulé.

Les syndicats refusent les propositions de l'Assurance maladie

"On n'est pas contre le plafonnement des prothèses" poursuit le docteur, "mais il faudrait revaloriser de manière très significative nos soins, de manière à ne pas devoir compenser les pertes d'argent liées aux soins dentaires par des prothèses". Depuis plusieurs mois, les 37 000 chirurgiens-dentistes libéraux s'opposent au projet. Après l'échec des négociations, les syndicats refusent toujours les propositions de l'Assurance maladie et mobilisent une nouvelle fois toute la profession."


Sources : France Bleu, AFP, www.lesechos.fr, www.francetvinfo.fr
C. Photos : Alice CALLEWAERT – Dentaire Service.
Rédaction : Dentaire Service.

 

03 AVRIL 2017

Le fil d'actualité

Le dentifrice diminuerait le risque d'infarctus.

Selon une étude américaine parue dans The American Journal of Medicine, se brosser les dents avec un dentifrice « anti-plaque dentaire » pourrait réduire les risques cardio-vasculaire.

Un dentifrice « anti-plaque dentaire » pour prévenir l'infarctus.

Le Dr Charles HENNEKENS de l'université de Floride aux États-Unis, codécouvreur du rôle protecteur de l'aspirine sur le cœur, s'est intéressé à la plaque dentaire. Si celle-ci n'est en effet pas régulièrement évacuée par un brossage régulier efficace, elle a tendance à s'installer et colonisée par des bactéries, elle peut être à l'origine non seulement de problèmes de gencives mais aussi cardiaques, comme l'endocardite (une inflammation de l'enveloppe du cœur), chez des personnes fragilisées.

Les chercheurs américains ont donc eu l'idée d'utiliser un dentifrice spécial luttant contre la plaque dentaire qui permet de localiser les endroits ou le brossage a été efficace. Pendant deux mois, deux groupes de volontaires de trente personnes ont utilisé soit ce dentifrice particulier, soit un autre plus classique. Des dosages sanguins mesurant le niveau d'inflammation, (le dosage de la CRP protéine), ont été réalisés. Résultat, dans le groupe ayant utilisé le dentifrice anti-plaque, la diminution de celle-ci a été plus importante (49 % contre 24 %). L'inflammation a été réduite de 29 % dans ce groupe contre 25% chez les utilisateur de dentifrice classique. D'autres travaux devront confirmer que le risque de maladie cardio-vasculaire est bien diminué par l'utilisation d'un dentifrice « anti-plaque ». Une étude à plus large échelle est déjà en cours d'élaboration avec le National Institutes of Health (NIH). A suivre...

Source : DENTOSCOPE, n°170, 24 novembre 2016.
Le dentifrice diminuerait le risque d'infarctus
 
c. photos : freepik.com

26 MARS 2017

Le fil d'actualité

L'importance de l'hygiène bucco-dentaire pour lutter contre le cancer.

Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, publie en février dernier son troisième ouvrage après l'immense succès de ses deux précédents ouvrages. Ce nouvel opus, « Votre santé sans risque » publié chez Albin Michel, définit comment chacun peux préserver sa santé grâce aux ressources qu'ils possèdent. Par des règles d'hygiène simples et des astuces de la vie quotidienne, le Docteur Frédéric Saldmann entend ainsi améliorer la vie de tous...

Essentiel pour préserver une vie sociale. Mais pas seulement !

Et dans ses chapitres consacrés à l'hygiène, il s'attarde sur l'importance de l'hygiène bucco-dentaire. Il insiste « Si nos dents nous aident à nous détendre, elles peuvent aussi nous attaquer si on ne prend pas soin d'elles. Les dents mal entretenues parachutent des bactéries sur les organes. Les scientifiques ont mis une évidence la corrélation entre infections des gencives et le cancer du pancréas ». Les facteurs de risque avaient été mis en évidence dans le cancer de la prostate, des maladies cardio-vasculaires mais « plus récemment, lit-on, les preuves s'orientent vers d'autres pathologies comme la maladie d'Alzheimer ».

 

Source : Votre santé sans risque, Docteur Frédéric Saldmann, Albin Michel, 2017.