18 MAI 2017

Le fil d'actualité

Cyberattaque, un ransomware frappe 200 000 entreprises à travers le monde.

Une attaque planétaire d'une ampleur inédite. 200 000 victimes, 150 pays concernés. Le fonctionnement de nombreuses entreprises et organisations perturbé. Depuis vendredi 12 mai, le rançongiciel WannaCry fait les gros titres à travers le monde. Cette cyberattaque a mis en évidence la vulnérabilité des systèmes d'information et a été l'occasion de rappeler l'importance des antivirus et de la sauvegarde pour protéger ses données.


Mais qu'est-ce qu'un ransomware ou rançongiciel ?

Un ransomware est un logiciel malveillant conçu pour bloquer l'accès au système d'un ordinateur ou encrypter l'ensemble des fichiers. Le cybercriminel impliqué exige très généralement une rançon sous la forme d'une devise virtuelle difficile à tracer en échange, mais il n'existe aucune garantie, d'instructions pour récupérer l'accès aux fichiers.


Suis-je concerné ?

Les ransomware ou rançongiciels représentent une menace grandissante et prennent de plus en plus d'ampleur. De fait, les nouvelles variantes de programmes malveillants se comptent par millions chaque année et touchent autant les particuliers que les professionnels.


Des entreprises françaises touchées par l'attaque.

Le logiciel malveillant s'est appuyé sur une faille de Microsoft. Il semble avoir surtout touché des machines utilisant d'anciennes versions de Windows. Parmi les entreprises infectées, on peut notamment citer Renault, Telefonica, FedEx, Vodafone, la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn, mais aussi les médecins de ville, hôpitaux, ambulances en Angleterre et les banques et le ministère de l'Intérieur en Russie.

« Il est très difficile d'identifier et même de localiser les auteurs de l'attaque. Nous menons un combat compliqué face à des groupes de cybercriminalité de plus en plus sophistiqués qui ont recours au chiffrement pour dissimuler leur activité. La menace est croissante », a déclaré Rob Wainwright, directeur d'Europol. 22% des entreprises françaises en ont été victimes en 2016, d'après le baromètre Euler Hermes-DFCG.


Comment les ransomwares se propagent-ils ?

Le plus souvent, les criminels s'en prennent aux utilisateurs via des e-mails de phishing ou des liens douteux. Dès que l'utilisateur clique sur un lien malveillant ou ouvre une pièce jointe infectée, le programme malveillant se propage dans tout le système.


Que puis-je faire pour me protéger des ransomware ?


Antivirus et la sauvegarde : priorités numéro 1.

Les antivirus et les analyses du système sont autant de méthodes permettant de prévenir les attaques de ransomware. Toutefois, les cybercriminels sont ingénieux et persévérants, et il suffit d'un clic pour que votre système soit infecté. Pour une entreprise, les données sont extrêmement précieuses. Elle doit tout mettre en œuvre pour les protéger, ou, le cas échéant, pour tout récupérer après une attaque et retrouver ainsi une activité normale rapidement.

La meilleure façon de se protéger des ransomware consiste donc à disposer d'une sauvegarde fiable, régulière et sûre, permettant de restaurer les fichiers non infectés.

Vous souhaitez en savoir plus ? Toute l'équipe de Dentaire Service est à votre disposition pour vous accompagner dans vos projets de protection antivirus et de sauvegarde.

Sources : l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information, INGRAM, OODRIVE
C. Photos : Freepik
Rédaction : Dentaire Service

sauvegarde-donnees-medicales-Dentaire-Service.png

15 MAI 2017

Le fil d'actualité

Santé bucco-dentaire : un arrêté paru au Journal Officiel fixe les modalités de la consultation bucco-dentaire préventive gratuite pour les jeunes de 21 et 24 ans.

Prévu à l'origine pour l'enseignement primaire et secondaire, le programme M'T dents s'est récemment ouvert aux jeunes jusqu'à 24 ans, les étudiants étant trop nombreux à déclarer renoncer aux soins dentaires pour des raisons financières.

Un arrêté paru au Journal Officiel fixe ainsi la nature des examens et les modalités de la consultation préventive chez le chirurgien-dentiste prévue pour les personnes de 21 ans et de 24 ans. Cette consultation sera intégralement prise en charge par l'Assurance Maladie.

« L'examen bucco-dentaire de prévention pour les jeunes adultes, réalisé dans l'année qui suit leur vingt et unième et leur vingt-quatrième anniversaire, comporte obligatoirement une anamnèse, un examen bucco-dentaire et des éléments d'éducation sanitaire », précise le texte.

« L'examen est complété, si nécessaire, par les actes suivants : des radiographies intrabuccales, l'établissement d'un programme de soins », complète le texte.

A ce titre, les actes pratiqués dans le cadre de cette consultation préventive ne peuvent pas faire l'objet de dépassements d'honoraires, précise l'arrêté. Les chirurgiens-dentistes et les stomatologues seront rémunérés directement par l'Assurance Maladie, à hauteur de 30 euros pour la consultation.

En cas d'examens radiographiques, la rémunération est portée à 42 euros, et à 54 euros en cas de réalisation de trois ou quatre clichés. « Les dispositions du présent arrêté entrent en vigueur à compter du 1er janvier 2018 ».

Quant aux « éléments d'éducation sanitaire » qui doivent être délivrés lors de cette consultation, le texte ajoute qu'il s'agit de sensibiliser à la santé et à l'hygiène bucco-dentaires, de fournir un enseignement sur le brossage dentaire, et de donner des recommandations d'hygiène alimentaire.

Le programme M'T Dents, instauré en 2007, vise à améliorer la santé bucco-dentaire des jeunes Français par une invitation à une consultation chez le chirugiens-dentiste ou le médecin stomatologue prise en charge à 100 % et des visites dans les écoles. Un temps menacé de coupes budgétaires, le programme s'est finalement renforcé.

Source : www.pourquoidocteur.fr, publié le 25.04.2017.
Mots-clés : santé bucco-dentaire, dentiste, accès aux soins dentaires.
Rédaction : Dentaire Service.

 

Actualite-dentaire-MT-dents-Dentaire-Service.jpg

12 MAI 2017

Le fil d'actualité

Quand une dent permet de recouvrer la vue.

Le Figaro Santé vient de dédier un article complet sur une technique ophtalmologique exceptionnelle mais toujours pratiquée, mise au point dans les années 1960 par Benedetto Strampelli, un chirurgien italien. Le Professeur Louis Hoffart, responsable du service ophtalmologie de l'hôpital de la Timone à Marseille développe : « Nous implantons dans l'œil un fragment de dent qui sert de support à une lentille en Plexiglas. Une telle opération, extrêmement rare, se fait chez des patients atteints de cécité dans les deux yeux, qui ont souvent suivi un long parcours avant d'arriver jusqu'à nous ».


« Pour ces patients qui avaient totalement perdu la vue – et parfois tout espoir de voir à nouveau –, ces quelques dixièmes permettent de retrouver une précieuse autonomie. Parfois, le résultat est vraiment étonnant. Ainsi, une de mes patientes a retrouvé un emploi au ministère des Finances, elle fait du ski et du vélo ! »
, explique le Pr Louis Hoffart.


Ce protocole chirurgical étonnant et rarissime, l'ostéo-odonto-kérato-prothèse, consiste à se servir de tissu dentaire d'une canine comme d'un support à une prothèse en plexiglas. Ce couple cornée-cristallin permet à la lumière d'atteindre la rétine et donc, de rendre la vue, même si l'acuité visuelle reste souvent très faible, de quelques dixièmes.


En France seuls 10 patients par an sont concernés, et sont tous opérés sous l'œil avisé de l'équipe de chirurgie ophtalmique du Pr Hoffart, et coordonnée avec l'équipe de chirurgie maxillo-faciale dirigée par le Pr Laurent Guyot. Le recours à cette pratique apparait comme une technique de « dernière chance », lorsqu'aucun traitement n'a pu fonctionner, y compris la greffe de cornée, pour ces patients qui ont perdu la vue des deux yeux à la suite de maladies auto-immunes, de traumatismes ou d'accidents chimiques.


Une fois la dent extraite du patient, celle-ci sera placée « pendant 6 mois dans la pommette » afin de « permettre de vasculariser la prothèse. Des tissus se créent autour, qui vont rendre possible l'implantation », développe le Pr Guyot.


Source : Le Figaro Santé, mars 2017, www.sciencesetavenir.fr

C. Photos : Freepik
Rédaction : Dentaire Service

 

Acualite-les-dents-pour-voir-dentaire-service.png

09 MAI 2017

Le fil d'actualité

Il y a 13 000 ans les chasseurs-cueilleurs allaient déjà chez le dentiste !

Il y a 13 000 ans, un homme a dû connaître une bonne « rage de dents ». Des archéologues italiens ont retrouvé retrouvées sur le site de Riparo Fredian, dans le nord de l'Italie, deux incisives supérieures creusées artificiellement appartenant à une même personne. Datées de 13 000 ans, chaque dent possède une cavité importante qui s'étend jusque dans la chambre pulpaire située profondément dans la dent. Examinées au microscope, ces deux révèlent, une série de petites marques horizontales.

Les scientifiques suggèrent que ce sont des cavités forées et élargies, probablement par un petit outil de pierre. Les archéologues ont découvert dans les cavités des traces d'amalgame dentaire constituées de bitume, de fibres végétales et de cheveux retrouvés qui étaient placés au fur à mesure que le trou était foré. Le dentiste du paléolithique aurait rempli les trous pour calmer la douleur et pour garder les aliments hors de la chambre pulpaire. L'utilisation de bitume ainsi que certaines plantes médicinales étaient utilisées comme antiseptique, tout comme la cire d'abeille a été utilisée dans d'autres exemples de la dentisterie préhistorique, des milliers d'années plus tard.

Des marques semblables, datant de 14 000 ans, ont été découvertes tendent à prouver des compétences en soin dentaires dès l'âge de pierre.


Source : http://www.lepoint.fr.

C. Photos : Le Point - Stefano Benazzi.
Rédaction : Dentaire Service.

 

02 MAI 2017

Le fil d'actualité

American Gothic est une œuvre de l'américain Grant WOOD, peinte en 1930. Elle représente un homme tenant une fourche, symbole de l'Amérique profonde, et une femme, devant une maison de style gothique. Le regard grave et sévère, les deux personnages et le décor montrent la réalité rurale américaine.

Natif de l'Iowa, Grant WOOD a été enchanté par cette maison qu'il avait vu dans la petite ville du sud de l'Iowa, Eldon. Il demandera à son dentiste le Docteur McKeeby et à sa sœur, Nan de poser pour se faire passer pour un fermier et sa fille célibataire. L'Institut d'Art de Chicago héberge actuellement cette peinture.

American Gothic est certainement l'un des tableaux américains les plus connus. L'œuvre de Grant WOOD a atteint un rayonnement et partie de la culture américaine, et ce qu'elles qu'en soient les interprétations données.

 

Grant Wood, American Gothic, Museum of art, archives

C.Photos : Grant Wood, American Gothic, Museum of art, archives.