20 FÉVRIER 2017

Le fil d'actualité

Les dentistes grincent des dents, rétrospective.


2016 : début des négociations entre l'Assurance maladie et les dentistes.

Charge sans concession. Dans un projet de rapport sur « les soins bucco-dentaires », la Cour des comptes dresse un constat qu'elle qualifie elle-même « d'accablant ». « Désengagement » des pouvoirs publics, « manque de transparence du secteur », et « l'indigence des contrôles de la profession » expliquent l'état de santé bucco-dentaire « médiocre » de la population française, selon les magistrats financiers.

Les Sages de la rue Cambon s'inquiètent que près d'un assuré sur cinq dise avoir renoncé à des soins dentaires pour des raisons financières. La Cour appelle donc à « réformer profondément l'organisation des soins bucco-dentaires » tout préconisant un meilleur remboursement des patients.

Dans son rapport, l'institution a proposé que l'Assurance maladie prenne en charge à 100% un suivi annuel obligatoire et les soins conservateurs (carie, détartrage...), tandis que les organismes complémentaires rembourseraient les soins prothétiques avec des tarifs plafonnés. La participation de l'Assurance maladie au financement des dépenses bucco-dentaires est passée de 36% à 33% entre 2006 et 2014, les complémentaires, premiers financeurs, prenant en charge 39% des dépenses en 2014 et les assurés sociaux 25%. Un reste à charge conséquent pour les patients qui provoque de « fortes inégalités d'accès aux soins en fonction des revenus ».

Grève nationale de la profession dentaire

Mardi 17 janvier 2017, Bordeaux :


Les étudiants en chirurgie dentaire manifestent devant l'hôpital Saint-André à Bordeaux. Ils dénoncent entre autres les négociations en cours entre l'Union nationale des caisses d'assurances maladies, les mutuelles et les dentistes, sur la nouvelle tarification des honoraires et s'inquiètent des futures conditions d'exercice de leur profession.

L'assurance maladie se désengage, les soins dentaires, pris en charge à 100% n'ont pas été réévalués depuis vingt ans, alors même que la pratique la technique, le matériel utilisé ont évolués.


20 au 27 janvier 2017 :

Grève nationale des étudiants en chirurgie dentaire.

Etudiants dentaires en grève dans la rue - Dentaire service

C. Photos : Lyon Mag.

Vendredi 27 janvier 2017, porte de Montreuil, Paris :

Les professionnels de l'art dentaire connaissent le verdict des partenaires conventionnels. Ce même jour et pour la première fois, dans une mobilisation sans précédent, tous les acteurs de la profession se sont unis : chirurgiens-dentistes libéraux, étudiants en chirurgie dentaire, enseignants hospitaliers, enseignants en odontologie, assistantes dentaires, prothésistes dentaires. Ils dénoncent l'absence d'amélioration du remboursement, actuellement très faible, des prothèses. En effet, la sous-évaluation des soins ne permettrait plus aux dentistes de moderniser leur cabinet, induisant ainsi une situation de sous-investissement tant sur le plan humain (manque d'assistantes) que technique (évolution vers les nouvelles technologies telle que la 3D). À l'inverse, les dentistes jugent que s'ils étaient mieux équipés et ils auraient la possibilité d'engager davantage de personnel, permettant ainsi d'assurer une meilleure prise en charge des patients selon les pratiques.


« Notre combat, votre santé », « étudiants pas contents pour l'avenir de nos patients », « Marisolde vos dents », « DENTger », « tous unis pour votre santé », « qui sème l'arbitrage récolte le carnage », « la qualité en danger », « artisans français la sécu nous tue », « les enseignants : votre santé bucco-dentaire en DENTger », « les dentistes sortent les crocs ».... peut-on lire sur les pancartes et banderoles déployées. Ce ne sont pas moins de 7500 participants de la France entière qui se sont donnés rendez-vous devant le siège de la CNAMTS (Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés). Objectif, dire NON à Marisol Touraine, ministre en charge de la santé.


L'Assurance maladie propose aux dentistes une hausse du tarif de certains actes moyennant le plafonnement du prix des prothèses. Pour la profession, le compte n'y est pas. Or, les prothèses, qui représentent 64 % des revenus des dentistes, sont depuis trente ans leur variable d'ajustement pour équilibrer leur cabinet. Depuis 1986, pour éviter d'avoir à rembourser trop de soins dentaires, l'Assurance maladie et le ministère de la Santé ont autorisés les chirurgiens- dentistes à pratiquer des prix libres sur les prothèses en échange d'un encadrement des tarifs sur les soins de base. Mais tout a dérivé : pas de revalorisation des soins dits conservateurs et envolée des prix des prothèses pour compenser.

Défendre la qualité des soins...

Les patients devront quant à eux, encore attendre pour bénéficier d'un meilleur accès aux soins dentaires. Ils sont 17 % à y renoncer pour raison financière et cela monte à 44% pour la pose d'implants. Le reste à charge, c'est-à-dire ce que le patient doit régler de sa poche, atteint en moyenne 25 % de la facture totale.

En ce moment se joue la dernière ligne droite pour la négociation tarifaire entre les syndicats de dentistes et l'Assurance maladie.


1er février 2017 :

Aucun accord n'est signé. Les trois syndicats représentant les 37 000 chirurgiens-dentistes libéraux (FDSL, CNSD et UJCD) ont chacun rejeté l'accord qui aurait dû être signé ce 1er février.


Vendredi 3 mars 2017, 13h, ministère de la santé :

Les différents syndicats du secteur dentaire et l'Union nationale des étudiants en chirurgie dentaire (UNECD) donnent rendez-vous aux professionnels de l'art dentaire pour une mobilisation massive.... A suivre.

Grève nationale des étudiants dentaires #dentger


Sources : www.leparisien.fr, www.lefigaro.fr, www.edp-dentaire.fr, www.editionscdp.fr, www.francetvinfo.fr, www.sudouest.fr, Dental Tribune,
C. Photos : France 3 Régions, Lyon Mag, DENTger, Dental Tribune.

20 FÉVRIER 2017

Le fil d'actualité

Un dentiste Anglais a eu une idée géniale en intégreant une scène de Où est Charlie ? juste au-dessus du fauteuil patient. Installé à Rugeley, le cabinet de cet omnipraticien offre un moyen insolite et amusant à ces patients de faire passer le temps. Il suffit d'ouvrir grand les yeux et de se concentrer sur la scène intitulée « Fête foraine » pour retrouver le fameux Charlie. Et même si vous trouvez rapidement Charlie, vous pourrez vous escrimer à trouver les nombreux autres personnages et objets dissimulés. Alors, à quand dans tous les cabinets dentaires ? :)

Source : fr.ubergizmo.com

 

Actualite-dentaire-eclairage-plafonnier_dentaire_Dentaire_Service.png

13 FÉVRIER 2017

Le fil d'actualité

Paris s'engage contre les inégalités d'accès aux soins.

Anne Hidalgo, maire de Paris, a fait de la lutte contre les inégalités d'accès aux soins un enjeu majeur de la mandature. Paris, souhaite aller encore plus loin en lançant un dispositif inédit d'aide à l'installation des professionnels libéraux de santé.
Paris Med' est un dispositif proposé par la Mairie de Paris aux professionnels de santé souhaitant s'installer en libéral dans la capitale.

Le constat suivant est édifiant. D'ici 2020 certains arrondissements pourraient voir disparaitre presque 50% de leurs professionnels de santé en secteur 1. Il a donc urgence de pallier à ce problème. Ce dispositif, élaboré conjointement avec l'Agence Régionale de Santé (ARS), la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Paris (CPAM), le Conseil Départemental de l'Ordre des médecins, la Région Ile-de-France et Départements de médecine générale des universités parisiennes, accompagne les professionnels de santé libéraux dans leurs projets d'installation.

Qui est concerné ?

- Les étudiants en fin de cursus,
- Les professionnels médicaux de 1er recours (médecins généraliste, ophtalmologistes, pédiatres, gynécologues, psychiatres, sages-femmes, chirurgiens-dentistes...),
- Les auxiliaires médicaux libéraux (infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, orthoptistes, orthophonistes, podologues, psychomotriciens...)

Paris Med' aide à :

- Obtenir des locaux professionnels adaptés à des prix modérés,
- Bénéficier d'un financement pour l'aménagement des locaux allant jusqu'à 15 000€ par professionnel de santé pour les travaux et les équipements,
- Mettre en relation des professionnels qui souhaitent travailler en exercice regroupé

Quelles sont les conditions pour accéder à Paris Med'?

L'installation doit regrouper trois professionnels de santé dont un médecin généraliste qui exercent en secteur 1 ou tarif opposable et s'installer dans un des 39 quartiers prioritaires avec un engagement minimum de 3 ans. Par ailleurs, dans le cadre du cabinet, des actions de santé publique devront être menées : prévention et dépistage individuels, participation à la permanence des soins ambulatoires, éducation thérapeutique du patient....

Si les premiers avantages sont purement financiers par le partage des locaux et des matériels, cette option permet d'exercer son métier plus simplement et de consacrer toute son énergie au patient, de partager un secrétariat unique et d'équilibrer sa vie privée et professionnelle en aménageant ses horaires plus facilement. Nul doute que si cette proposition fonctionne dans la capitale, elle sera reprise en région pour contrer les déserts médicaux.

Tour Eiffel

Sources : Site de la ville de Paris, CMV MÉDIFIORCE.

16 JANVIER 2017

Le fil d'actualité

100 bucco-bus d'ici à 2020.

Afin de faciliter l'accès aux soins et renforcer les droits sociaux des personnes en situation de handicap, Marisol TOURAINE, ministre en change de la santé, souhaite développer le parc des unités dentaires mobiles. La ministre prévoit d'en mettre deux à disposition par région dès 2018 et de déployer 100 bucco-bus d'ici à 2020. Un budget de 25 millions d'euros sera consacré à ces véhicules, dont 15 millions pour l'investissement et 10 millions pour le fonctionnement. Cette annonce fait partie d'une série de 90 mesures annoncées le 2 décembre dernier dans le cadre du Comité Interministériel du Handicap. La ministre a aussi annoncé des cotations majorées pour les actes spécifiques. Ces revalorisations sont actuellement négociées entre les partenaires conventionnels.

Source : Revue Information Dentaire, Décembre 2016.

Actualites_dentaire-bucco_bus_unites_dentaire_mobiles_Dentaire_Service.jpg

01 JANVIER 2017

Le fil d'actualité

Que cette année vous apporte la réussite dans tout ce que vous entreprenez, que les difficultés vous soient toutes épargnées, que la joie, le bonheur et la bonne humeur soient au rendez-vous. Toute l'équipe de Dentaire Service vous souhaite ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Bonne année !