14 SEPTEMBRE 2017

Le fil d'actualité

Nouveau ! Dentaire Service est présent sur les réseaux sociaux. Suivez le fil !


Retrouvez de nombreuses vidéos (cliniques, commerciales, techniques, astuces) et de nombreuses playlists sur le canal YouTube DENTAIRE SERVICE.

 

Rédaction et C. Photos : Dentaire Service

YouTube-logo-full_color.png

11 SEPTEMBRE 2017

Le fil d'actualité

Des visites de conformité des cabinets dentaires dans toute la France.

À l'initiative du Conseil national de l'Ordre et des conseils départementaux, une vaste opération de visites de conformité sur toute la France a été lancée en juin.

Les visites de conformité des cabinets dentaires font partie intégrante des prérogatives de l'Ordre, et plus particulièrement des conseils départementaux. Ces visites donnent lieu le plus souvent à la formulation de recommandations à destination des cabinets dentaires afin de les accompagner. Ces contrôles visent avant tout à garantir la qualité et la sécurité des soins dans l'intérêt des patients.

Dans un premier temps, tous les praticiens libéraux titulaires d'un cabinet dentaire recevront un questionnaire relatif à l'agencement et à l'organisation de leur cabinet. Ce questionnaire très complet comporte plusieurs sections : aspect extérieur, locaux, hygiène et asepsie, tenue professionnelle, sécurité... Il devra être remis dûment rempli au conseil départemental dont relèvent les praticiens.

A l'issue du traitement des questionnaires évoqués, les conseils départementaux conduiront des visites confraternelles afin de veiller à la conformité des cabinets dentaires avec les dispositions du Code de la santé publique (article R. 4127-269 du CSP) et les normes en vigueur concernant, notamment, la propreté des locaux, la prédésinfection, stérilisation, les contrats, l'affichage, la sécurité des patients, du personnel et des locaux, la gestion des déchets, la traçabilité des dispositifs médicaux (units, crachoirs, séparateurs et récupérateurs d'amalgames...).


Quels cabinets dentaires peuvent être visités ?


Tous les cabinets peuvent recevoir la visite de conseillers départementaux, et en particulier :

• Lorsque la réponse au questionnaire est jugée insuffisante.
• En cas de signalement ou de suspicion de manquement à la réglementation.
• En cas de création, de transfert ou de reprise d'un cabinet dentaire.
• Les cabinets des maîtres de stage.
• Les cabinets des praticiens qui n'ont pas répondu au questionnaire malgré une relance ;
• À la suite d'un tirage au sort des cabinets dentaires ayant répondu au questionnaire ;
• Les cabinets volontaires.

L'objectif consiste à visiter, en l'espace d'une ou de deux mandatures, l'ensemble des cabinets dentaires. L'Ordre ne procède jamais à des visites surprise ou à des visites mystère.


Qu'advient-il si le praticien refuse la visite ?

Le conseil départemental peut traduire le praticien devant la chambre disciplinaire de première instance (CDPI) (cette procédure est définie aux articles R. 4126-1 et suivants du Code de la santé publique) et procéder à un signalement à l'Agence régionale de santé (ARS).


Que se passe-t-il en cas de manquements à la réglementation ?

Un délai (plus ou moins rapide selon le type de manquement) est donné pour la mise aux normes des éléments défectueux. Les praticiens doivent ensuite déclarer par écrit les améliorations effectuées. Une contre-visite peu dès lors être programmée. Si à l'issue de la contre-visite les manquements perdurent, le conseil départemental peut traduire le praticien devant la chambre disciplinaire de première instance et/ou procéder à un signalement auprès de l'Agence régionale de santé.


Près de 600 visites de conformité de cabinets dentaires en 2015.

Selon le bilan 2015 des visites de conformité des cabinets dentaires, une grande partie des praticiens respectent les normes légales en vigueur en termes d'hygiène, d'asepsie et de sécurité.

En 2015, 571 visites ont été effectuées par les conseils départementaux, la plupart d'entre elles ayant donné lieu à la formulation de recommandations à destination des titulaires des cabinets dentaires visités. 194 de ces visites ont été réalisées à la suite d'une création, d'une modification ou d'un transfert de cabinet dentaire. 162 d'entre elles ont été déclenchées à la suite de questionnaires adressés aux praticiens, 22 après l'envoi d'un courrier émanant d'un patient et 64 à la demande des autorités sanitaires. À l'issue de ces visites, 44 cabinets dentaires ont été déclarés conformes. Dans 318 cas, des conseils ont été délivrés aux praticiens pour une mise en conformité de leur cabinet. 28 demandes de mise en conformité avec contre-visite ont par ailleurs été transmises aux praticiens et seuls trois cabinets dentaires ont été fermés. Enfin, deux praticiens ont fait l'objet d'une procédure disciplinaire.


Source : Communiqué de presse du Conseil National de l'Ordre des Chirurgiens-Dentistes.

 

Actualite-conformite-cabinets-dentaires-dentaire-service.jpg

04 SEPTEMBRE 2017

Le chiffre du mois

Les investissements des cabinets dentaires en 2017.

Vos intentions, vos attentes, votre budget, les freins éventuels, les types de matériels concernés, vos sources d'information pour décider et enfin les canaux d'achat privilégiés...


Des investissements perturbées par le Règlement Arbitral.

Selon une enquête réalisée par l'Annauire Dentaire, il apparaît qu'une proportion significative des cabinets dentaires est dans l'expectative concernant leurs investissements, perturbés par la question du Règlement Arbitral du début d'année. Près de 10% des cabinets font spontanément un lien direct entre les conséquences financières jugées négatives du Règlement Amiable et l'absence de tout investissement en 2017.

Les chirurgiens-dentistes qui ont décidé d'investir sont tout de même très largement majoritaires même si la prudence est de mise. 42% des cabinets dentaires n'ont pas encore fixé leur programme d'achats, les choix définitifs se faisant lors du congrès de l'ADF en fin d'année.

Les budgets d'investissement subissent également cette influence modératrice avec seulement 28% des cabinets prévoyant une augmentation de leur enveloppe en 2017, contre 51% anticipant une baisse. Le montant d'investissement moyen par cabinet dentaire est légèrement supérieur à 20K€ par entité.


Des investissements variés et utilitaristes.

Pour les 2/3, il s'agit de remplacer du matériel obsolète. Cependant une autre tendance, apparaît avec un tiers des cabinets dentaires souhaitant s'équiper de nouveaux matériels, encore non présents dans le cabinet, notamment numériques (prise d'empreinte numérique, imagerie...).

L'instrumentation dynamique (contre-angles, trubines...) arrive en tête et concerne 28% des cabinets. En deuxième position apparaît l'agencement de cabinet avec 25% des réponses, la qualité d'accueil des patients et l'ergonomie du cabinet prennent une place importante. Enfin, l'imagerie avec 22% d'intention. Les fauteuils, l'informatique et les équipements de désinfection/stérilisation arrivent ensuite groupés autour de 17%.


Vos critères d'investissements.

La recherche de la qualité guide prioritairement les choix pour 2/3 des chirurgiens-dentistes dans l'achat de leurs équipements. Cette exigence forte n'est pas remise en question par un contexte économique incertain. Les performances avec 52% et les prix pour 40%. Les services, la formation apparaissent d'une importance très relative dans les critères de choix avec moins de 20% des réponses.

Pour choisir leurs équipements, les praticiens dentaires attendent de leurs fournisseurs une information claire et objective et des démonstrations en situation. Comme sources d'information, les fournisseurs sont bien sûr au premier plan avec 54% des réponses, ensuite arrivent à égalité avec 45%, les salons/congrès et la presse professionnelle. Les sites web d'information sont consultés par 30% des praticiens avant un achat. Les confrères jouent un rôle qualitatif déterminant pour 10% d'entre-vous.


Les distributeurs dentaires, acteur majeur au moment de l'achat.

La proximité semble jouer un rôle majeur pour les cabinets dentaires quand il s'agit de passer concrètement à l'acte d'achat. Les chiffres sont clairs : 2/3 des achats sont faits auprès des distributeurs/dépôts dentaires contre seulement 1/3 en directe chez les fabricants.

L'importance d'un service après-vente efficace pour minimiser le temps d'indisponibilité du matériel en panne explique sans conteste cette priorité. Les conseils et l'expérience de terrain font aussi du distributeur un partenaire apprécié du chirurgien-dentiste.


Source : Enquête réalisée auprès de 200 cabinets dentaires par l'Annuaire Dentaire, juin 2017.
C. Photos : PEXELS

 

Actualite-fauteuil-dentaire-investissements-dentaire-service.png

04 SEPTEMBRE 2017

Le fil d'actualité

Une formation en CFAO.

Depuis septembre, l'Académie d'Art Dentaire propose à ses étudiants une formation en CFAO (Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur), afin de répondre aux enjeux des laboratoires de prothèse dentaire qui sont de plus en plus nombreux à s'équiper de systèmes de fabrication numériques.

Ouvert aux titulaires d'un BTS prothèse dentaire, ce diplôme propose des cours théoriques sur la CFAO, l'utilisation de logiciels, la gestion d'un laboratoire et des relations publiques. Le but de cette formation est d'apporter aux futurs prothésistes dentaires une expertise dans l'utilisation des solutions numériques.

La CFAO en chiffres.

70% des laboratoires offrent des restaurations fabriquées numériquement.

48%, c'est le pourcentage des restaurations usinées par CFAO dans les laboratoires spécialisés en couronnes et bridges aux États-Unis en 2015 (contre 4 % en 2005).


Sources : www.dynamiquedentaire.com, Revue LMT "Enquête sur l'état de l'industrie en 2015".
C. Photos : 3Shape
Rédaction : Dentaire Service Actaulite_dentaire_3Shape_Trios_Dentaire_Service.jpg

23 AOÛT 2017

Le fil d'actualité

Soins dentaires : la société Incisiv rappelée à l'ordre.


Depuis 4 ans, la société Incisiv qui propose des soins dentaires à domicile et en maison de retraite à des personnes dépendantes, risque de se retrouver en redressement judiciaire. Un service menacé par l'Ordre National des Chirurgiens-Dentistes qui estime que les praticiens exercent sans autorisation en dehors de leur cabinet. Trois dentistes ont déjà été convoqués et « menacés de radiation s'ils continuaient leur collaboration », d'après le journal Le Parisien. Les 18 salariés de la société se déplacent à domicile, dans les maisons de retraites et dans 400 EHPAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) qui font régulièrement appel à leurs services.

Dans une pétition adressée à l'Ordre National des Chirurgiens-Dentistes (ONCD) et à Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, la société Incisiv s'indigne : « Nous faisons face à un problème de taille, l'Ordre National des Chirurgiens-Dentistes s'oppose à cette innovation et menace les praticiens qui travaillent au service des personnes dépendantes de sanctions ordinales, voire de radiation ! ». La fondatrice de la société, Docteur Agnès Gepner, a demandé un rendez-vous avec la ministre de la santé et attend une réponse. « Il faudrait que l'on puisse se constituer en centre de santé mobile », explique-t-elle au Parisien.


Sources : Dynamique Dentaire, Le Parisien

Photos : Freepik
Rédaction : Dentaire Service.

Actualite-dentaire-insiv-dentaire-service.jpg