17 NOVEMBRE 2020

Seuls 40% des diabétiques voient leur dentiste une fois par an.

En cette période pandémique, il est essentiel que les patients atteints notamment de maladies chroniques (Diabète, asthme, maladies du poumon, du foie, hypertension...) maintiennent un suivi régulier chez leur dentiste afin de stabiliser leur pathologie.

 hygiène bucco-dentaire, diabète, maladies chroniques

L'Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) Chirurgiens-Dentistes des Pays de la Loire, l'Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), en partenariat avec l'Observatoire Régional de Santé (ORS) des Pays de la Loire, ont réalisé, en 2019, une étude sur le taux de recours au cabinet dentaire des personnes de plus de 55 ans, dans la région Pays de la Loire. Cette étude décrit notamment l'évolution et les disparités territoriales de ce recours, et les facteurs associés à un parcours bucco-dentaire satisfaisant.
Bien qu'un consensus scientifique large préconise une consultation au cabinet dentaire 2 fois par an pour les patients atteints de pathologies chroniques comme le diabète seuls 40% des diabétiques voient leur dentiste une fois par an.

Plus d'1/3 des patients diabétiques n'a pas consulté au cours des 3 dernières années.
Même si beaucoup de disparités territoriales subsistent, moins de 20% des diabétiques ont un parcours de soins satisfaisant (régulier sur plusieurs années).
Les patients diabétiques âgés et en particulier ceux qui résident en EHPAD sont les plus mal suivis. En effet moins de 5% des patients au-delà de 75 ans, hébergés en structure, ont recours au cabinet dentaire pour un suivi de leur santé bucco-dentaire.

Les médecins généralistes jouent un rôle décisif dans l'adhésion des patients au suivi bucco-dentaire régulier et suivi. Dans les pistes d'amélioration de la situation, le renforcement de la formation des médecins généralistes et des chirurgiens-dentistes concernant le suivi des personnes diabétiques ainsi qu'une meilleure coordination entre les deux professions, à travers, par exemple, les maisons de santé pluridisciplinaires ou les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), permettraient probablement d'améliorer sensiblement la qualité du suivi bucco-dentaire des personnes diabétiques.

 

Source : SUIVI BUCCO-DENTAIRE DES PERSONNES DIABÉTIQUES EN PAYS DE LA LOIRE À partir d'une analyse des données du SNDS

Retour aux actualités